CINQ ERREURS FONDAMENTALES


Original: http://dieoff.org/page240.htm

La Version courte, par Jay Hanson
(La Version longue est archivée à http://dieoff.com/page241.htm)
(La permission de réimprimer explicitement accordée.)
Tout une erreur fondamentale dans la théorie néoclassique devrait être une raison suffisante pour rejeter les conclusions fondées sur cette théorie. Voici cinq erreurs fondamentales à la théorie :
#1. Une « méthode » fondamentalement incorrecte : l’économiste utilise « corrélation » et « post hoc, ergo propter hoc » de raisonnement (après coup), plutôt que la « méthode scientifique ».
#2. Une vision du monde radicalement inversé : l’économiste considère l’environnement comme un sous-système de l’économie, plutôt que l’inverse. En d’autres termes, les économistes sont formés à croire que les ressources naturelles proviennent de « marchés » plutôt que “l’environnement”. Le corollaire est que « capital artificiel » peut se substituer au « capital naturel ». Mais la première loi de la thermodynamique nous dit il n’y a pas de « création »il n’y a aucune telle chose comme « capital artificiel ». Ainsi, tout le capital est « capital naturel », et l’économie est tributaire de le « environnement » pour tout à 100 %.
#3. Une vision fondamentalement incorrecte de « money »: l’économiste voit « l’argent », rien de plus qu’un moyen d’échange, plutôt que le pouvoir socialou “pouvoir politique”. Mais même l’observateur occasionnel peut voir que l’argent est pouvoir social parce qu’il « autorise » les gens d’acheter et de faire les choses qu’ils veulenty compris l’achat et faire d’autres personnes : politique.
Si les employeurs ont la liberté de payer les travailleurs moins « pouvoir politique », alors qu’ils conserveront plus politique pouvoir pour eux-mêmes. L’argent est, en un mot, « contrainte », et « l’efficacité économique » est correctement considérée comme un concept politique conçu pour économiser l’énergie sociale pour ceux qui l’ontpour rendre le politiquement puissant, encore plus puissant, et le politiquement faible, encore plus faible.
#4. Une vision fondamentalement erronée de sa raison d’être : l’économiste voit « Homo economicus » comme un « maximizer d’utilitaire bayésienne » plutôt que « Homo sapiens » comme un « primate ». En d’autres termes, économétrie et économie contemporaine est mal du bas vers le hautet les économistes le savent. La discipline d’ensemble de l’économie est basée sur un mensongeet les économistes le savent. En outre, si le comportement humain n’est pas le résultat du calcul mathématiqueet il n’est paspuis en principe, les économistes obtiendront jamais il droite.
#5. Une vision fondamentalement incorrecte d’élan économique vital : l’économiste voit l’activité économique comme une fonction d’infini « création monétaire », plutôt qu’une fonction finie « réserves d’énergie » et finis « flux énergétiques ». En fait, l’économie est tributaire de l’énergie disponible à 100 %il a toujours été, et il le sera toujours. Voir un résumé de la situation énergétique au http://www.jayhanson.org/SynopsisPics.pdf. Voici le http://www.jayhanson.org/America.htm d’atténuation.

Comments are closed.